La stévia, c’est quoi exactement ?

La stévia est un petit arbuste originaire du nord de l’Amérique du Sud de la famille des astéracées.Son nom scientifique est la Stevia rebaudiana.

Les feuilles de cette plante sud-américaine ont un très haut pouvoir sucrant, de 200 à 300 fois supérieur à celui de la saccharose et le tout pour zéro calorie.

On en trouve dans le commerce sous forme de feuilles séchées de stévia ou sous forme d’édulcorant de table, en tablette de stévia.

On attribue les effets du stévia aux stéviosides qu’il renferme. La teneur en stéviosides des feuilles peut varier de 4 % à 20 % du poids sec en fonction des cultivars employés et des conditions de culture. Les stéviosides font partie de la famille des glucosides, des substances végétales cristallines qui produisent du sucre après avoir été absorbées par l’organisme.

Voilà donc une alternative naturelle à la sacharose, à l’aspartame et autre saccharine …

La petite histoire de la stévia !

Originellement présente au Paraguay et au Brésil, elle est aujourd’hui cultivée un peu partout, y compris aux Etats-Unis, au Japon, en Russie ou en Israël.

Au Brésil et au Paraguay, on utilise les feuilles de stévia depuis des siècles en cuisine. En Amérique latine, la phytothérapie traditionnelle considère le stévia comme hypoglycémiant, hypotenseur, diurétique et cardiotonique.

Au début des années 1970, le Japon a interdit l’usage des édulcorants artificiels (aspartame, saccharine) parce que les autorités craignaient leurs effets négatifs sur la santé humaine.

Au même moment, un consortium japonais mettait au point une méthode d’extraction des glucosides du stévia. L’État japonais a alors autorisé l’extrait de stévia comme édulcorant alimentaire. Son usage s’est rapidement répandu en Asie et en Amérique du Sud. Il est désormais présent dans quantité de produits agroalimentaires sur ces continents : de la sauce soya aux boissons gazeuses en passant par la gomme à mâcher, les tortillas et les gâteaux de riz.

Au USA, la stévia est interdite jusqu’en 1995 ou la vente du stévia (plante brute et extraits) est autorisée mais seulement à titre de supplément alimentaire et non pas d’additifs ajouté aux produits transformés. En 2008 la stévia est autorisé à titre d’édulcorant.

En juin 2008, un comité conjoint de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et de l’Organisation mondiale de la Santé a approuvé l’utilisation de l’extrait de stévia comme additif alimentaire dans les produits transformés.

En France, une forme purifiée en poudre extraite de la stévia, le rébaudioside A, est agréée en tant qu’additif alimentaire depuis le 6 septembre 2009 par l’AFSSA.

Les édulcorants de table sont autorisés en France arrêté interministériel du 8 janvier 2010, publié vendredi 15 janvier 2010 au Journal Officiel. Ils sont également autorisés pour les produits minceurs (de type substituts de repas) et les préparations alimentaires de régime destinées à l’hôpital. L’arrêté augmente aussi sensiblement les quantités de stévia utilisables dans les préparations.

5 pensées sur “La stévia, c’est quoi exactement ?

  • 26 juin 2010 à 3:26

    Article intéressent, merci , savez pourquoi les USA ont interdit la stévia dans le commerce? cela me semble étrange?

    merci

  • 18 novembre 2010 à 8:41

    Bonjour
    Au niveau gustatif est ce vraiment proche du gout du sucre ? Par ailleurs est ce qu’il y

  • 18 novembre 2010 à 8:41

    Bonjour
    Au niveau gustatif est ce vraiment proche du gout du sucre ? Par ailleurs est ce qu’il y a des recettes de cuisines avec ces plante ( j’ai vu qu’il est possible de la consommer directement ).
    Cordialement.

  • 3 avril 2011 à 20:18

    J’ai effectivement eu part que les USA ont interdit le stévia ce qui me laisse perplexe

  • 4 avril 2011 à 12:07

    Extrait d’un article de http://buycott.eu/index.php/Durable-et-equitable/Stevia-la-plante-qui-inquiete-les-lobbies-de-l-edulcorant-de-synthese.html :

    En Europe cette plante étant considérée comme un nouvel aliment, elle doit prouver qu’elle n’est pas toxique pour pouvoir être consommée. De surcroît sa mise sur le marché entrainerait la déroute des édulcorants de synthèse, un marché mondial d’1 milliard d’euros. On peut donc raisonnablement penser que les lobbies sont à l’oeuvre pour retarder autant que possible sa reconnaissance. La Stevia longtemps interdite aux Etats-Unis aussi, sous la pression des consommateurs, a été autorisée comme complément alimentaire (mais la steviodise reste interdite comme additif) . Au Canada, la situation est identique à celle des Etats Unis. L’utilisation à des fins alimentaires est autorisée au Japon, en Corée, au Brésil, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *