Pourquoi passer à la cosmétique bio ou au maquillage bio ?

De nombreuses études montrent que le corps des humains contient de plus en plus de produits chimiques et polluants. Le corps de l’homme est en rapport avec le monde extérieur par la respiration, l’alimentation et le plus grand organe du corps humain : la peau.

Si on parle souvent de la pollution atmosphérique et de ses effets respiratoires ou des pesticides dans notre alimentations, les problèmes liés aux produits qu’absorbe notre peau sont moins exposés médiatiquement. Alors que notre peau absorberait en moyenne 2 kgs de produits chimiques par an ! Si on associe cela au nombreuses études qui suspectent de nombreux composants de nos cosmétiques classiques de favoriser des troubles hormonaux voire des cancers ( 75% des cancers ont une origine qui reste en suspens), on comprend l’essor des cosmétiques bio surtout pour les tout petits !

Un petit top 10 ( allez 11!) des ingrédient que l’on ne trouve pas dans les cosmétiques bio, les soins bio pour bébé ou le maquillage bio et on comprend pourquoi :

1.Les huiles minérales (petrolatum- vaseline, paraffinum liquidum  huile de paraffine, glycérine de synthèse, microcristallina, isohexadécane, isoparaffin, ceresin …) qui proviennent de la distillation du pétrole. Très bon marché, elles ne fournissent aucun nutriment, accusées de boucher les pores, de créer de l’acné et d’empêcher la peau de respirer. Elles pourraient être stockées dans l’organisme et endommager le foie ou entraîner une inflammation des valvules du coeur. Ils sont très utilisés dans la cosmétique classique en raison de leur usage facile et stable.

2.Les silicones (dimethicone, cyclomethicone, cyclopentasiloxane,…) agents filmogènes de synthèse souvent d’origine pétrochimique, polluants car non biodégradables et partiellement occlusifs pour la peau. Très utilisés en cosmétique conventionnelle, présents dans les shampoings et après shampoings pour gainer le cheveux notamment.

3.Les glycol (PEG polyéthylène de glycol, PPG polypropylène glycol, butylène glycol, laureth 7, ceteareth 20,..), qui rendent la peau perméable et seraient susceptibles d’y faire pénétrer des corps étrangers. Ils favoriseraient boutons et points noirs.ILs sont souvent inclus dans les composants des matières premières.

4.Le phénoxyéthanol , Conservateur et bactéricide de la classe des éthers de glycol. Il agit en synergie avec les parabens. Très controversé et régulièrement attaqué par la Revue Que Choisir qui passeraient à travers la peau et seraient toxiques sur l’appareil reproducteur.

5.Les agents moussants irritants : SLS sodium lauryl sulfate et SLES sodium laureth sulfate , très irritants pour la peau, ils s’obtiennent à partir de manipulations très dangereuses (L’éthoxylation est une technique chimique faisant appel à l’oxyde d’éthylène, liquide hautement toxique qui a donné naissance à un gaz de combat. Cette opération est très difficile à réaliser et engendre parfois l’apparition de dioxanes). Ils seraient rapidement absorbés et retenus dans les yeux notamment, ils pourraient provoquer des catarates et empêcher les yeux des enfants de se développer normalement.

6.Les parabènes (méthylparaben, éthylparabène et particulièrement propylparaben, butylparaben,, isobutylparaben), conservateurs synthétiques, allergisants, suspectés de traverser l’épiderme et d’être toxiques pour le système endocrinien (Le Professeur Darbre de L’université de Reading a détecté des parabens dans des tissus prélevés sur 20 tumeurs du sein  article Le Monde 10/01/06). Encore une fois, le risque est lié à l’accumulation des parabens, présents aujourd’hui dans 80 % des produits de soins et d’hygiène. Il n’existe pas de parabens naturels. Ils sont toujours d’origine synthétique.

7.Le Formaldéhyde, conservateur classé cancérigène et les libérateurs de formaldehyde comme le DMDM Hydantoïne (Dimethylol Dimethyl) conservateur allergène qui remplace parfois les parabens

8.La dioxane,(ou dioxyne) substance chimique cancérigène, dérivé du pétrole qui apparait lors de la combustion de matières naturelles ou chimiques. Egalement sous-produit non désirable de certaines réactions chimiques. Selon l’EPA américaine plus de la moitié des savons pour bébé en contiennent.

9.Les EDTA (Ethylène- DiaminoTrétra-Acétate) et son ersatz Etidronic Acid, présents dans les savons, douteux sur le plan toxicologique et difficilement dégradable.

10.les sels d’aluminium présents dans les déodorants anti-transpirants, outre les réactions allergiques ils sont de plus en plus suspectés dans certaines maladies neuro-dégénératives (Alzheimer, …).

11. Les Phtalates (diéthyl ou DEP) solvants et dénaturants de l’alcool imposés par les douanes afin de prévenir les fraudes à l’égard de l’alcool de bouche.

Mais la cosmétique bio c’est un peu plus que retirer les produits issue de l’industrie pétro chimique.

La cosmétique bio ou le maquillage bio utilise des ingrédients d’une grande qualité  produit dans le respect de la nature et de l’ingrédient pour préserver ses qualités, ses valeurs pour la peau. Remplacer des produits chimiques par des ingrédients naturels outre se passer de la pétro chimie, apporte un vrai plus dans la qualité des soins. Les ingrédients naturels plus proches de la composition de la peau sont mieux assimilés et ils apportent leurs part de principes actifs ( l’apport d’une eau florale par rapport à un exipient synthétique n’est pas comparable !).

Ceci est encore plus vrai pour le maquillage bio, qui devient un véritable soin pour la peau. Aujourd’hui les matières premières naturelles utilisées dans le maquillage bio tel que le beurre de karité, la cire d’abeille, les cires de calendula et de carnauba (issues des arbres tropicaux), l’huile de jojoba ou d’amandes douces ou la camomille bio aux propriétés calmantes et harmonisantes font que le maquillage bio nourrit, protège et hydrate la peau.

Le maquillage bio a fait de tel progrès qu’il est de plus en plus utilisé dans le monde du spectacle et de la mode ou l’utilisation du maquillage est intensive et favorise les risque d’allergie ou d’irritation.
Le beurre de karité, la cire d’abeille, l’huile de jojoba, d’amandes douces ou de ricin sont les principaux composants de ces cosmétiques qui font du maquillage bio un véritable soin adapté aux peaux les plus sensibles, limitant les réactions allergiques. Je ne rappelle plus la quantité de rouge à lèvre ingérée en une année par une femme se maquillant souvent mais cela est impressionnant !

Si on ajoute à ces arguments, le souci d’utiliser des produits recyclables ou recyclés pour les emballages, la non utilisation de gaz à effets de serres, des filières d’approvisionnements plus respectueuses de l’homme et de la valeur de son travail, je ne vois rien qui ne motive pas à au moins essayer les cosmétiques biologiques. Voilà pourquoi nous avons créé boutiquebio.fr !

4 pensées sur “Pourquoi passer à la cosmétique bio ou au maquillage bio ?

  • 2 octobre 2009 à 18:43

    Et les cosmétiques bio sont bien plus efficaces, je dois avouer !!!

  • 29 octobre 2009 à 12:47

    Bonjour,

    j’ai découvert par hasard les savons « Capra ». Toutes les huiles utilisées sont bio !!!!! Et le résultat est incroyable… ma peau à tendance sèche est redevenue douce et soyeuse….
    Quand on sait que la plupart des artisans savonniers utilisent 1 voire 2 huiles certifiée bio dans leurs savons, là, c’est l’intégralité qui est bio !
    Mon coup de coeur va à l’Inca, enrichi d’huile végétale de Sacha Inchi.

  • 3 février 2010 à 17:29

    Ce qui est sûr, c’est qu’elles sont moins nocives pour la santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *