Revue de presse bio

Ce matin, petite revue de presse électronique avec :

– le salon « bio et bien-être Respire« qui se tient au Parc des expositions de Rennes du 1er au 3 février. Il rassemble 160 professionnels régionaux et nationaux de l’alimentation, du vin, de l’habitat, du bien être, de l’artisanat et du commerce équitable. Vendredi de 10 h à 22 h, samedi et dimanche de 10 h à 19 h. Tarifs : 4 € et gratuit pour les moins de 12 ans.

– le bio a le vent en poupe car même Victoria Secret la célèbre marque de lingerie se met au bio. A voir ici.

– la sortie du « Palmares des cosmétiques 2008″ de Laurence Wittner. Je rapelle à l’occasion deux livres, »Achetons de la cosmétique bio » de Eve Demange et Anne Ghesquière ainsi que « La vérité sur les cosmétiques » de Rita Stiens.

3 pensées sur “Revue de presse bio

  • 5 février 2008 à 22:34

    Salut !
    A Paris ce week-end a lieu le salon « Médecine douce & thalasso ». J’ai trouvé sur le site www.salon-medecinedouce.com toutes les dates sur les salons bio écolo … pour l’habitat, les planches à voile, les biscuits, le déo et même le jus de papaye pour belle maman. Quelle joie !
    Hé au fait sympa boutiquebio
    Alors à bientôt biotikman

  • Ping : Palmarès 2008 des cosmétiques | Le blog des cosmétiques bio

  • 16 février 2010 à 13:24

    je me pose cette question:
    Toute société se positionnant sur le marché avec des produits bio et naturels (parfois commerce équitable) ne devrait-elle pas avoir aussi une éthique, un respect de la vie et donc aussi de l’individu et de l’accueil humain?

    Voici deux exemples: le premier vécu en première personne le second auquel j’ai assisté.

    J’achète depuis plusieurs années des crèmes et des shampooing dans la gamme Dr. Theiss (il faudra d’ailleurs que je vérifie les composants!) actuellement je suis en phase de reconversion professionnelle et j’effectue des recherches (le plus précises possible) de marques de cosmétiques bio afin de les représenter, dans une logique cohérente « ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas pour toi-même » je sélectionne donc des marques que je consomme moi-même (ou que je pourrais consommer après vérification)et que je conseillerais donc même à mes proches.

    J’ai contacté via le site web Naturwaren France, à la seule adresse qui apparait, une dame, en envoyant une demande d’informations, sur trois lignes je lui dit que je souhaite avoir (la simple) adresse de courrier électronique du Responsable France afin de lui transmettre dans un premiers temps des documents sur mon parcours professionnel.

    Voici la réponse à laquelle j’ai eu droit:

    « Je ne peux communiquer l’adresse de Mr XXXXXX sans connaître un minimum vos intentions.
    Il me serait très désagréable que vous utilisiez mon nom afin de l’approcher.
    Notre Directeur est un homme très occupé, qui a confiance en ses responsables.
    Je n’ai pas le plaisir de vous connaitre, présentez vous et je jugerai si je vous transmets le contact »

    Ma question est la suivante, après une réponse pareille comment vous sentiriez-vous? En tant qu’individu d’abord mais aussi en tant : qu’éventuel client (car cette personne l’ignore mais aurait pu le supposer) en tant que éventuel professionnel du secteur ou en tant qu’éventuel collaborateur? bref qu’elle que soit la raison, comment justifier une attitude pareille, alors même que certaines sociétés soumises à une charte ISO n’oserait même pas une réponse ordurière qui n’est même pas digne d’un garagiste?!
    Je vous passe la suite des échanges.

    Autre histoire: Dans le même esprit, cette fois j’ai assisté à la scène comme spectatrice, le comportement d’une vendeuse dans une boutique parisienne de cosmétiques bio dont je tairais le nom.
    Une cliente avec des béquilles voyant qu’un monsieur avait fait tomber avec le bout de son manteau par inadvertance un flacon, s’exclame « ben oui, c’est un peu normal que ça tombe, on ne peut plus passer avec tout ce qui a été déposé dans l’allée, au début il n’y avait pas tous ces produits au milieu et on pouvait circuler » la vendeuse qui était tournée de dos, car elle s’occupait d’une autre cliente, sans même savoir ce qu’il s’était passé, se tourne vers la dame en la sermonnant « ben oui mais vous avez qu’à faire attention, on n’arrête pas de le dire! » ce à quoi la cliente avec les béquilles, retorqua que: 1) qu’elle n’avait rien fait tomber puisque c’était le client au manteau noir qui venait de passer devant elle, bien que l’encombrement de l’espace normalement réservés au passage des clients provoque ce situations, de plus elle précisa poliment mais fermement qu’elle n’appréciait vraiment pas du tout l’attitude de la vendeuse car elle était cliente depuis longtemps (toute personne présente dans la boutique aura remarqué que les conditions physiques de cette dame en béquilles aurait dû, au moins, solliciter auprès dela vendeuse un minimum de respect et humanité)

    Je sais bien que nous n’abordons pas là le sujet du comportement humain mais celui des cosmétiques et de leur composition, mais je me demande de plus en plus, comment ne pas se sentir consommateur désabusé désormais même par des marques que l’on voudrait plus respectueuse de : l’environnement, des animaux mais aussi des individus… ou sont donc les professionnels de ce secteur d’activité qui croient en ses valeurs et qui le traduisent aussi par des gestes simples d’accueil ???

    Le respect de la nature c’est toute une chaîne et non pas un simple maillon de la chaîne, celle qui viserait uniquemnet à nous convaincre de sortir notre carte bleue à coûts de campagnes de communication sur des promesses de respect qui ne sont même pas tenues dans leur fondement: le respect de l’individu!

    Assistons-nous à une vulgarisation telle de la bio qui est en train de se dénuer de tout sens et de se confondre dans la course au profit si bien connu du domaine industriel et des multinationales?!!!

    Si tel est le cas, j’invite toute personne à sortir de l’ombre et ne pas avoir peur de dénoncer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *